Incontinence urinaire : osons en parler

Près de 3 millions de Français, hommes et femmes, sont concernés par l’incontinence urinaire. L’origine peut être multiple et il existe une solution adaptée pour chacun.  En parler à votre pharmacien ou à votre médecin permet une prise en charge personnalisée pour reprendre une vie normale.

Un phénomène fréquent aux causes multiples
Caractérisée par des pertes involontaires et incontrôlables d’urine (de jour comme de nuit), l’incontinence urinaire peut survenir à tout moment de la vie. Les femmes peuvent en être victimes durant la grossesse et après la ménopause. Ce trouble touche également les hommes, surtout après 65 ans et/ou s’ils ont été opérés de la prostate. On distingue :

  • l’incontinence urinaire liée à l’effort (la plus fréquente). Causée par un effort physique, une pression accrue dans l’abdomen, une toux ou encore un éclat de rire ;
  • l’incontinence urinaire d’urgence ou liée à une hyper-activité de la vessie. La perte d’urine peut être déclenchée par le simple fait d’y penser ou d’entendre l’eau couler. L’envie d’uriner n’est plus contrôlée par le cerveau (à la suite d’un accident vasculaire cérébral ou d’une maladie comme Alzheimer par exemple) ;
  • l’incontinence urinaire mixte. Elle associe les deux troubles précédents.


La prévenir grâce à des solutions adaptées
Vous trouverez en pharmacie des protections anatomiques adaptées à votre morphologie et au degré de perte urinaire. Demandez conseil à votre pharmacien.
Si l’incontinence devient gênante et/ou trop abondante, consultez votre médecin. En fonction du diagnostic établi, il pourra au besoin vous orienter vers un kinésithérapeute pour une rééducation visant à renforcer les muscles du plancher pelvien.

Veillez à garder un « poids santé ».
La surcharge pondérale pèse sur la vessie et peut favoriser l’incontinence urinaire.
Buvez suffisamment pour éviter la constipation qui peut également la provoquer et pour ne pas non plus risquer une infection urinaire. Attention toutefois à la consommation de café, d’alcool et d’agrumes qui sont irritants pour la vessie et stimulent sa contraction.