Bien respirer en hiver

Notre nez est un organe important, en particulier l’hiver. Confronté aux nombreux virus de l’hiver (rhume, bronchite, sinusite, grippe...),  il est important d’en prendre soin pour éviter les maux hivernaux.  

Adoptez une bonne hygiène nasale
Protégez donc votre muqueuse nasale avant qu’elle ne soit encombrée en faisant des lavages de nez. Utilisez une solution nettoyante antiseptique et pulvérisez-la, tête penchée en avant, dans une narine en bouchant l’autre. Ne vous mouchez pas dans les minutes qui suivent !

Dégagez vos voies respiratoires
Testez l’inhalation sèche. Cela consiste à vaporiser un peu d’huiles essentielles (thym, eucalyptus, arbre à thé) sur un mouchoir ou oreiller. Si vous optez pour l’inhalation humide, versez-en quelques gouttes dans de l’eau très chaude. Via un inhalateur ou en plaçant votre tête au-dessus d’un bol, couvrez-vous d’une serviette puis respirez tranquillement.

Ne surchauffez pas votre habitation
Gare aux maisons surchauffées et insuffisamment ventilées qui augmentent la sécheresse de l’air et irritent les muqueuses nasales ou bronchiques ! Veillez à ce que la température intérieure n’excède pas 19 °C dans la maison et que chaque pièce soit aérée quotidiennement. Vous pouvez aussi humidifier l’atmosphère avec un humidificateur ou en faisant sécher le linge dans la chambre.

Respectez votre toux
Véritable moyen de défense de l’organisme, la toux est bénéfique car elle permet de désencombrer voies aériennes et poumons. Sachez distinguer la toux sèche de la toux grasse. La première (sans expectoration, irritante et souvent nocturne) peut être soulagée à l’aide de pastilles, de sirops ou de sprays. La seconde élimine les sécrétions issues des poumons, il est donc déconseillé de la traiter car elle facilite l’évacuation des glaires et des mucus.

Abstenez-vous de fumer
Le tabagisme, même passif, irrite les muqueuses bronchiques et agresse le système respiratoire. Les fumeurs souffrent plus facilement que les autres d’infections de la sphère ORL et de toux chronique. Mieux vaut ne pas fumer à l’intérieur de la maison, car deux tiers de la fumée se répandent dans l’air ambiant. Le sevrage tabagique reste la meilleure option !