Comment prévenir les cicatrices rouges et boursouflées

 
Partie visible et finale d’une lésion de la peau, la cicatrice résulte de la réparation des tissus après un traumatisme cutané. Gênantes, douloureuses ou inesthétiques, les cicatrices, parfois rouges et boursouflées, peuvent être une source de souffrance physique et psychologique.
 
Cependant, leur aspect peut être considérablement amélioré par une prise en charge adaptée.
 

Les facteurs de risques

Plusieurs facteurs peuvent favoriser l’apparition de cicatrices rouges et boursouflées qui démangent et/ou sont douloureuses :
  • Localisation dans les zones de tension (articulations, cou, sternum)
  • Enfants et adultes < 40 ans (à cause d’un renouvellement cellulaire plus rapide)
  • Peaux mates
  • Prédisposition génétique
  • Infection de la plaie
 
Utiliser un gel anti-cicatrice est d’autant plus important chez les personnes concernées par ces facteurs de risques. Cette précaution augmente leurs chances d’avoir une cicatrice esthétique.
 

Une prise en charge nécessaire et adaptée

Pour obtenir une cicatrice plus esthétique, une prise en charge spécifique est nécessaire selon les différentes phases du processus de cicatrisation.
 
À noter : on peut désormais améliorer l’aspect d’une cicatrice jusqu’à 2 ans après sa formation dans le cas d’une cicatrice rouge et boursouflée.
  • Phase Inflammatoire (1 à 3 jours)
La plaie est encore ouverte. Afin de limiter le risque de surinfection, l’utilisation d’un antiseptique est conseillée.
  • Phase de réparation (3 à 15 jours)
Utilisation d’une crème cicatrisante pour aider à la bonne fermeture de la plaie.
  • Phase de remodelage (jusqu’à 2 ans)
C’est la phase qui détermine l’aspect final de la cicatrice.
L’application d’un produit spécial anti-cicatrice après la fermeture de la plaie, contenant du silicone et un actif hydratant, permet d’améliorer l’apparence des cicatrices en les rendant plus souples et plus lisses tout en réduisant rougeurs et démangeaisons.
 

Le silicone, un actif à l’efficacité prouvée

Technologie issue du milieu hospitalier, le silicone est un actif à l’efficacité prouvée dans la prévention et le traitement des cicatrices.
 
Recommandé1 en traitement de première intention sur les cicatrices, il contribue à réduire leur aspect rouge et boursouflé. En formant un film sur la cicatrice, le silicone limite la perte en eau et maintient un bon niveau d’hydratation de la peau. Les signaux inflammatoires sont ainsi réduits et la surproduction du collagène ralentie.
 
1. Mustoe TA. Recommandations cliniques internationales sur la prise en charge des cicatrices.
JPC. Journal des plaies et cicatrisations, (34), 7-16.

Le massage des cicatrices, un élément clé

Le massage est également recommandé pour casser les fibres de collagène immatures, activer la circulation sanguine et améliorer l’aspect esthétique de la cicatrice.
 
Le massage ne doit pas être douloureux et ne doit pas être réalisé avant un mois après la fermeture de la plaie.