Dossier du moment

Cœur et activité physique : le parfait binôme

Nous ne sommes pas faits pour le mode de vie sédentaire. Notre cœur a besoin d’un corps en mouvement pour rester en bonne santé. Vive l’activité physique !

Selon les cardiologues, l’activité physique est le premier médicament des maladies cardio-vasculaires. Même légère, celle-ci ne présente que des bienfaits en raison des nombreuses actions protectrices qu’elle procure au cœur :

- l’amélioration de la fluidité du sang (réduisant le risque de la formation de caillots dans les artères),
- la réduction des besoins en oxygène du cœur pendant l’effort physique,
- la baisse de la fréquence cardiaque au repos comme à l’effort (moindre sollicitation du cœur).

Bouger, oui mais à quelle fréquence ?
Il est recommandé, pour la majorité des personnes, de pratiquer une activité physique 4 à 7 jours par semaine, à raison de 30 minutes par jour, avec ou sans interruption. L’important, c’est la régularité.

Quelle activité physique ?
Si c’est une question de temps, en moins de 30 minutes, vous pouvez marcher, faire du vélo, de la gymnastique à la maison. Entre 30 minutes et une heure, n’hésitez pas à opter pour la natation, la course à pied, la marche ou la danse. Entre 1 et 2 heures, la randonnée pédestre ou cycliste, les sports d’équipe s’offrent à vous.

Si c’est une question d’âge, pour les moins de 40 ans, le choix est vaste : du vélo au ski de fond en passant par la course à pied. Entre 40 et 60 ans, privilégiez l’endurance et les activités entretenant la souplesse du corps (vélo, natation et gymnastique). Pour les plus de 60 ans, la marche et la natation sont hautement recommandées.

Sport et maladie cardiaque, c’est compatible !

Contrairement à l’idée reçue, les personnes atteintes d’une maladie cardiaque ou ayant été victimes d’un infarctus du myocarde peuvent pratiquer un sport, 20 à 30 minutes par jour, une à trois fois par semaine. Cela est même indispensable.

Après la phase de soins, parfois chirurgicaux, le patient est très vite encouragé à reprendre une activité physique. On parle alors de réadaptation cardiaque. Non seulement l’activité physique permet de réadapter le cœur aux gestes quotidiens, mais il a aussi pour objectif de prévenir tout nouvel accident cardiaque.

Attention, il est impératif de consulter son cardiologue avant de se lancer dans la pratique. L’activité choisie doit être adaptée en fonction de l'âge du patient et des sports qu’il avait l’habitude de pratiquer.

Au bout d'un an, pour les personnes de 55 ans, l’activité physique fait diminuer le taux de morbidité de 25 % (Fédération Française de Cardiologie, 2021).